/* Mozilla based browsers */ ::-moz-selection { background-color: black !important; color: white !important; } /* Works in Safari */ ::selection { background-color: #000000 !important; color: #FFF !important; post-p::first-letter{ font-size: 250%; } } -->

30/11/2016

14-14 de Silène Edgar et Paul Beorn

Résumé : 


À l’aube de la Grande Guerre…
 Adrien et Hadrien ont treize ans et habitent tous les deux en Picardie. Ils ont les mêmes préoccupations : l’école, la famille, les filles…Une seule chose les sépare : Adrien vit en 2014 et Hadrien en 1914. Grâce à une boîte aux lettres mystérieuse, les deux adolescents vont s’échanger du courrier et devenir amis. Mais la Grande Guerre est sur le point d’éclater pour Hadrien et leur correspondance pourrait bien s’interrompre de façon dramatique…

Mon avis : 


Déjà, ce livre est très simple à lire, donc pas très long (320 pages).
L'histoire est très bien faite, et ce système de lettres nous permet de rentrer dans la tête de chacun des deux garçons, et plusieurs fois dans le livre j'avais comme une envie de rentrer dans le livre et de dire à celui qui lit la lettre de ne pas la prendre mal. 
Les deux garçons sont différents, car l'un d'eux (Adrien)  vit en 2014, et a donc un langage plus familier et une écriture beaucoup soignée, contrairement à Hadrien. Des fois, j'ai pu confondre les deux ( une petite farce de la part des écrivains, je pense ) , et j'ai alors du relire les pages précédentes (même si c'est quand même très rare ) .
Ce livre a une certaine moralité sur le regard des autres, et le courage.

En bref :


Un livre rapide à lire, parfait pour les vacances, une bonne histoire traitant de la Première Guerre Mondiale dans le nord de la France, et un peu d'humour au fil du livre me fait donner cette note : 







Renseignements :


Edition : Castelmore

Nombre de pages : 320

Date de parution : 18 avril 2014

Auteur(s) : Paul BEORN et Silène EDGAR

Illustrateur(ice) : Adèle SILLY

Prix littéraires :  
  • Prix Gulli 2014
  • Prix des Incorruptibles 2016  
  • Prix Tatoulu 2016

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire